Communiqué de presse

Un boyau de carburant mal raccordé a causé un incendie à bord du remorqueur Ken Mackenzie sur le fleuve Fraser (Colombie-Britannique), en juillet 2016

Richmond (Colombie-Britannique), le 12 septembre 2017 — Dans le rapport d'enquête (M16P0241) qu'il publie aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports (BST) indique que le raccordement inadéquat du boyau de carburant de la génératrice a causé une fuite de carburant et un incendie à bord du remorqueur Ken Mackenzie en juillet 2016, en Colombie-Britannique.

Le 11 juillet 2016, vers 22 h 30 (heure avancée du Pacifique), le remorqueur Ken Mackenzie, avec deux personnes à son bord, a signalé qu'un incendie s'était déclenché dans la salle des machines alors qu'il remorquait des billes sur le fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. Les deux membres de l'équipage ont abandonné le navire en sautant sur les billes remorquées et ont été secourus par le remorqueur d'assistance Harken No. 5. L'incendie a été éteint avec l'assistance de navires à proximité. Il n'y a eu aucun blessé.

L'enquête a permis d'établir que vers 19 h, au cours d'un changement d'équipage prévu, l'équipage du quart de jour a informé l'équipage de relève qu'une odeur de carburant diesel émanait de la salle des machines. Les membres des deux équipages ont effectué des rondes de sécurité dans la salle des machines, mais n'ont pas trouvé la source de l'odeur, et le navire a poursuivi sa route sur le fleuve Fraser.

L'examen post-événement a permis d'établir qu'un tube en cuivre et un boyau de carburant flexible de la génératrice étaient raccordés au moyen d'un seul collier de serrage et que le tuyau de cuivre ne comportait ni cannelure ni bourrelet qui auraient pu aider à fixer solidement le raccordement au boyau flexible. Lorsque le raccordement s'est rompu, du carburant diesel a été vaporisé sur des composants de la génératrice du navire et s'est enflammé, ce qui a causé l'incendie. De plus, comme les câbles de commande des robinets d'arrêt d'urgence des réservoirs de carburant n'étaient pas conçus pour résister aux températures élevées associées à un incendie, ils se sont grippés dans la conduite, et il a été impossible pour l'équipage de couper l'alimentation en carburant.

Si des composants de l'équipement d'urgence ou des machines sont installés ou remplacés par du personnel ne suivant pas de directives adéquates ou ne connaissant pas les normes de l'industrie, et que cet équipement est mis en service sans être d'abord inspecté par une personne compétente, il y a un risque que l'installation ne soit pas sécuritaire. Si les remorqueurs de moins de 15 tonneaux de jauge brute ne font pas l'objet d'une surveillance réglementaire adéquate, de l'équipement et des conditions d'exploitation non sécuritaires peuvent persister, ce qui pose des risques pour les personnes, les actifs et l'environnement.

À la suite de l'événement, le BST a envoyé un Avis de sécurité maritime à Transports Canada et une Lettre d'information sur la sécurité maritime aux propriétaires du navire. Ces documents fournissent de l'information sur les lacunes liées aux câbles de commande utilisés sur le navire pour actionner les robinets d'arrêt d'urgence des réservoirs de carburant.

Voir la page d'enquête pour plus d'information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca