Communiqué de presse

La complexité du passage à niveau ferroviaire et la distraction du conducteur ont mené à un accident mortel à un passage à niveau à Langley (Colombie-Britannique) en 2015

Richmond (Colombie-Britannique), le 13 juillet 2017 — Dans son rapport d'enquête ferroviaire (R15V0191) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) indique que la conception complexe du passage à niveau à l'intersection des routes Crush Crescent et Glover Road et la distraction du conducteur ont été des facteurs contributifs dans l'accident mortel survenu à un passage à niveau à Langley (Colombie-Britannique) en 2015.

Le matin du 11 septembre 2015, un train du Canadien National (CN) a heurté une ambulance à un passage à niveau ferroviaire à Langley. Les deux techniciens paramédicaux qui prenaient place dans l'ambulance, dont celui au volant, ont été blessés. Le patient, qui était transporté à l'arrière de l'ambulance, a succombé plus tard aux blessures subies lors de l'accident.

L'enquête a pe rmis de déterminer que l'ambulance s'était engagée dans l'intersection après l'activation du système d'avertissement du passage à niveau (SAPN). La sonnerie du système d'avertissement sonnait, les feux clignotaient et les barrières s'abaissaient. Le conducteur, dont le téléphone cellulaire était actif au moment de l'événement, voulait tourner à gauche. Or, il s'est immobilisé sur la voie lorsque la barrière abaissée dans la voie opposée lui a bloqué le chemin. L'ambulance a avancé dans le but de dégager la voie principale tout en demeurant derrière la barrière descendue, mais elle obstruait toujours le chemin du train qui approchait. On a déterminé par la suite que la barrière abaissée n'empêchait pas l'ambulance d'avancer.

L'enquête a permis de déterminer que la conception complexe du passage à niveau – plusieurs voies de circulation, deux voies ferrées distinctes rapprochées et différents indices visuels, dont certains étaient plus difficiles à apercevoir ou apparemment contradictoires – était un facteur contributif de cet accident. En outre, la distraction causée par l'utilisation du téléphone cellulaire a probablement réduit la capacité du conducteur à détecter les avertissements que lui présentait l'environnement pendant le franchissement du passage à niveau.

« La technologie a largement contribué aux efforts pour rendre plus sécuritaires les interactions entre les véhicules routiers et les trains. Elle peut aussi faire davantage. Mais la contribution des conducteurs est tout aussi importante », a dit Peter Hickli, enquêteur désigné du BST.

Le BST a émis deux avis de sécurité ferroviaire (ASF) par suite de cette enquête. Le premier avis (RSA 07-16) porte sur les enjeux de sécurité découlant des informations conflictuelles données par la signalisation du passage à niveau et les feux de circulation routière à l'intersection des routes Crush Crescent et Glover Road, à Langley. Le second avis (RSA 06-17) indique que Transports Canada, le ministère des Transports et de l'Infrastructure de la Colombie-Britannique, le Chemin de fer Canadien Pacifique (propriétaire de la voie ferrée) et le canton de Langley doivent déterminer qui est responsable des marquages sur la chaussée à ce passage à niveau et à d'autres passages à niveau en Colombie-Britannique où cette compétence n'est pas clairement établie.

Depuis l'accident, des mesures ont été prises pour améliorer la sécurité à ce passage à niveau afin de clarifier le plus possible l'interaction entre les conducteurs et leur environnement. Ainsi, le système d'avertissement du passage à niveau a été déplacé et son équipement a été mis à niveau, on a installé des feux clignotants en hauteur pour en améliorer la visibilité, on a repeint certaines marques sur la chaussée, et on a ajouté un signal à DEL d'avertissement d'approche d'un train.

Voir la page d'enquête pour plus d'information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca